Ulrika Spacek : suggestif et festif

 

Le quintet anglais nous surprend encore avec son Suggestive Listening EP, paru le 21 avril dernier sur le label Tough Love Records.

 

 

L’année 2018 est décidément un bon cru pour la scène musicale indé ! Et ce ne sont pas les londoniens d’Ulrika Spacek qui nous feront dire le contraire. Le groupe nous avait laissés circonspects en fin d’année 2017, après un concert en demi-teinte et un single de B-Sides. C’est cette fois-ci avec un EP bien saillant qu’ils nous reviennent en forme, poursuivant toujours plus loin l’exploration de leur style pop rock alternatif.

L’EP s’ouvre avec « No. 1 Hum », un titre clair où les guitares des deux Rhys se combinent avec douceur sur des textes narcissiques et volontairement exagérés. L’ensemble des textes de l’album est d’ailleurs pour la première fois disponible sur la pochette même, inspirée d’un document technique français d’un transistor haute fréquence.

« Black Mould » est un morceau lancinant, au down-tempo assumé. La voix fragile de Rhys Edwards se combine très bien avec les mélodies créées par ses comparses. On ressent une certaine mélancolie dans le titre, qui n’en demeure pas moins puissant, avec ses airs de chanson du Velvet Underground.

« Freudian Slip » est le coup de cœur de la rédaction sur cet EP. Le morceau s’articule autour d’une basse ronronnante et d’un beat de batterie complexe et dansant. Les guitares désarticulées viennent nuancer l’ensemble tandis que Rhys Edwards clame le courage d’un combat contre un système répressif :

 

I’ll never give it up! (I swear)

I’ll never give it up! (I swear)

I couldn’t give it up, ’cause I tried

I might as well be chlorinised

 

Le premier single issu de l’EP, « Lord Luck », est un hymne qui nous semble tout droit venu des 90s, à l’époque de MTV et des Dandy Warhols. Le morceau nous permet de découvrir ainsi une autre facette du groupe, déjà entraperçue sur certains titres de leur second album, Modern English Decoration. Le rythme pop de la chanson se retient très facilement, puis s’efface, alors qu’une voix de femme exprime en un français déformé des mots lointains… ce qui ouvre la porte à l’outro plus paisible du morceau, comme sait si bien le faire le groupe.

Enfin, le titre « Wave to Paulo, He’s not there » arrive en compagnie de notes de synthé planantes et sereines. Le titre clos l’EP sur une touche apaisée, dont la seconde partie nous rappelle le brillant « Ornament » du single Sofa Description 7″.

 

© Ulrika Spacek

 

Malgré sa jeune carrière, Ulrika Spacek a tout du groupe indie de référence : au fur et à mesure des années, son son s’est précisé et affirmé. Suggestive Listening EP nous donne confiance en cette bande de garçons doués, comptant un nouveau membre parmi eux (Syd Kempe à la basse, à la suite du départ de Ben White). On espère encore des choses très prometteuses venant de ces colocataires bien particuliers.

 

 

Pour plus d’informations sur Ulrika Spacek, rendez-vous sur leur site officiel, leur page Facebook ou leur chaîne Youtube.

 

Article rédigé par Jonathan Kakpeyen

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *