Plumes et poils « Aiguisés » avec o’magreena

 

Le groupe parisien o’magreena a sorti le 27 mai 2018 un EP bien ficelé. Nommé Aiguisés, il est le fruit de trois ans et demi de travail pour ces deux musiciens professionnels.

 

 

Difficile de définir précisément le style du duo o’magreena, tant les influences dans les compositions qui apparaissent sur l’album Aiguisés sont multiples. Amoureux des musiques du monde, allant de la musique transe à l’afrobeat, Mathilda Haynes et Guillaume Marsault ont trouvé ici une formule efficace qui nous ramène au trip-hop des années 2000 : une guitare électrique, une basse et une machine hors de contrôle, balançant ses beats en un mouvement tourbillonnant et cyclique.

C’est ce que l’on peut constater sur l’opener « Bush Lizard » dont la biguine afro se meut en une envolée hendrixienne de la guitariste, tandis que la bien nommée basse donne du corps au morceau. Un bon apéritif, mis en images par Laura Rembault dans un clip animal.

 

 

Plus funky que son prédécesseur, « Chaka » est un morceau dans lequel les deux musiciens peuvent exhiber à souhait leur instrument de prédilection. À la basse, Guillaume Marsault lui apporte en dynamique rythmique et même mélodique. Dans le même temps, Mathilda Haynes surfe avec aisance sur le titre à l’aide de sa six cordes aux riffs intelligents. Entre les quelques interventions vocales du duo et autres habillages sonores, on apprécie de se laisser porter sur les différents rythmes dansants sur une évolution majoritairement instrumentale.

Un poil plus électro-rock (si peu), le morceau « Stumblin » allie textes en français et en anglais. Les deux compères y entrechoquent voix et instruments, sur fond d’introspection philosophique.

 

Accroché à des chaînes portées à bout de bras

Stumblin’ on my chains

Étranger à tes peines, tu cales dans tes draps

Stumblin’ on my chains

 

 

En petit favori de la rédaction, le titre « Steam Valley » est un morceau fleuve de onze minutes dont la construction en crescendo nous rappelle « The Private Psychedelic Reel » des Chemical Brothers. L’introduction paisible et minimale nous entraîne dans le thème en trois temps, posant le décor d’un paysage inquiétant et brumeux. La mélopée se poursuit jusqu’à mi-course où la guitare de Mathilda Haynes s’emporte tandis que Guillaume Marsault reprend avec dextérité le thème d’ouverture. Le morceau décolle et emporte l’auditeur pour une transe chamanique de plus de quatre minutes ! De quoi clore en beauté le mini-album.

 

En bon grower, Aiguisés n’est pas le genre d’EP qu’on pourrait écouter sans y accorder un minimum d’attention. La qualité de composition ainsi que l’effort mis par o’magreena pour donner du relief et de la cohérence à l’ensemble des morceaux est à applaudir. On apprécie les nuances de couleurs qui s’y découvrent au fur et à mesure des écoutes. On ne vous conseillera donc que de l’écouter encore et encore pour ressentir la force mystique et rythmique délivrée par ce duo de qualité.

 

Pour plus d’informations sur o’magreena, rendez-vous sur BandCamp, Facebook et YouTube.

 

Article rédigé par Jonathan Kakpeyen