Mistral et Tramontana

 

Side project de Jim Paillard, également chanteur des groupes Erevan Tusk et Fast Friends, le trio Tramontana a auto-produit et sorti son premier EP du même nom le 8 février et s’autorise un revival de la folk-rock américaine des années 1990 et 2000.

 

 

Les plus curieux et fidèles de Lost Song se souviendront du groupe Fast Friends, dont nous avions partagé sur les réseaux sociaux le très beau clip du titre « Eurêka ». Ce que peu d’entre vous savent, c’est que Jim Paillard, chanteur de Fast Friends, a également un autre projet musical avec ses amis de longue date Nicolas Desse et Thibault Vincent. Le trio a sorti son premier EP en février dernier, que nous avons écouté avec attention, le temps d’un quart d’heure américain.

L’EP s’ouvre avec le titre « Pavement Blue ». La chanson est un opener positif et chaleureux sur lequel la section rythmique et le combo guitare acoustique/électrique font la part belle aux voix de Jim Paillard et de sa choriste Kyrie Kristmanson.

 

After all this is nothing new

It’s just some darkness we go through

And somehow the sky is pavement blue

And there is a road to you

 

Le slow « Looking Sharp » met quant à lui en avant la basse de Nicolas Desse, tandis que le morceau dérive tranquillement vers un solo de clavier doux et étrange. Puis le trio sort la carte du romantisme avec le titre résolument pop-folk « The World to Me », entraîné par la guitare acoustique du frontman et la batterie régulière et solide de Thibault Vincent.

Certainement le morceau le plus relaxant de cet EP, « Judie’s Hair » apporte un vent de fraîcheur à l’ambiance Tramontana. Aérée et apaisée, la chanson narre en texte et en son la romance (probablement imaginaire ?) d’un jeune homme avec sa muse Judie. Tel un Charles Baudelaire des temps modernes, Jim Paillard décrit cette passion rêvée avec douceur et finesse. Le combo final de claviers fait s’envoler dans les nues ce titre éolien.

 

© Tramontana

 

Pour nous réveiller de notre transe onirique, « Coat of Paint » arrive en conclusion de l’EP. Avec le piano de Thibault Vincent et le son des claviers oscillant telle une mouette sous le vent, le morceau de trois minutes vingt-six est taillé pour être un single de radio indé, tant il résume bien le potentiel du groupe et son univers.

 

Avec ce Tramontana EP, le trio français de windy pop nous a agréablement surpris. Les cinq chansons nous ont rappelé des moutures comme Death Cab for Cutie ou encore R.E.M. On attend de voir la progression du groupe sur la scène musicale indépendante, avec pourquoi pas un album à la clé, dont nous vous tiendrons certainement au courant.

 

Si vous souhaitez suivre Tramontana sur les réseaux sociaux, direction Bandcamp et Facebook. Le groupe jouera le 14 avril dans le cadre des soirées Life is A Minestrone.

 

Article rédigé par Jonathan Kakpeyen

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *