L’île aux merveilles de Halo Maud

L’artiste aux nombreux talents Maud Nadal sort un premier album riche avec son projet Halo Maud. L’album, intitulé Je suis une île, est paru le 25 mai dernier sur le label anglais Heavenly Recordings.

 

 

Il en faut peu pour faire de la bonne musique : de la sincérité, du dévouement et beaucoup d’amour. C’est une recette qu’a bien compris Maud Nadal avec ce premier album riche en émotions. L’artiste a pu collaborer par le passé à d’autres projets musicaux florissants comme Moodoïd ou Melody’s Echo Chamber. Sur ce long format, elle nous présente son univers musical, aux multiples couleurs.

Je suis une île semble être le témoignage d’une jeune femme sensible et passionnée. L’opener « Wherever » est un hymne puissant et cosmique. Tel une incantation, avec sa batterie entêtante et ses nappes de synthé venues d’une autre sphère (voire même de la stratosphère), il nous introduit brillamment à l’album. Les textes du titre « Du Pouvoir/Power » nous racontent le courage d’une personne déterminée à atteindre ses objectifs, malgré les difficultés :

J’apprends la patience

Et le sens des choses

Pour qu’un jour, enfin, il suffise

De croire que moi aussi j’ai du pouvoir

La collaboration avec le label anglais Heavenly Recordings est certainement une opportunité exceptionnelle qu’a pu avoir Maud Nadal pour son projet Halo Maud. Le titre « Chanceuse » apparaît alors comme un remerciement à ses bienfaiteurs de tous horizons.

La valse mélancolique de « Surprise » est une belle déclaration d’amour. La guitare fragile y résonne au loin, comme sur une vieille cassette audio. La basse ronde mène la danse et accompagne la voix de la chanteuse, variant entre langue de Molière et Shakespeare Slang. Comme sans fin, le morceau est une boucle parfaite de laquelle il est difficile de s’échapper. Si tant est que cela soit possible, la chanson « Tu sais comme je suis » nous rattrape et nous donne toujours plus de mélancolie et de romantisme, par la voix cristalline de Maud Nadal et ce clavier étrange qui, son chemin faisant, s’installe comme l’une des signatures de Je suis une île.

 

 

L’album pourrait se voir comme une simple compilation de chansons pop. Mais le tryptique « De retour »/« Baptism »/« Fred » fait mentir les oreilles paresseuses. L’interlude « De retour » est un morceau instrumental, coda du titre « Proche proche proche ». Les chants enfantins de « Baptism » viennent bousculer notre foi par ces simples mots, scandés en un prêche obscur et profond :

What have been after? (Qu’y avait-il après?)

I don’t remember (Je ne me souviens plus)

Quant au titre « Fred », nommé ainsi en hommage au guitariste expérimental Fred Frith, sa singularité nous harponne et nous apporte les échos des morceaux jazz/rock des années 1970, avec ses bongos et son piano réverbéré.

Le titre éponyme de l’album « Je suis une île » est… effectivement une île dans cette ensemble de morceaux organiques ! D’inspiration « radioheadienne », ses sonorités électroniques aux sons déformés et mouvants dénotent des autres titres. Après un long teasing sur les titres « De retour » et « Fred », le morceau « Proche proche proche » arrive enfin dans sa globalité. Le morceau se construit autour de guitares enchevêtrées, d’une batterie entraînante et de mélodies très facilement mémorisables. Jusqu’à l’improbable duo voix-clavier final, long d’une bonne minute. On aime !

« Dans la nuit » tout s’apaise… le rythme effréné de Je suis une île également. La chanson est une belle bulle d’oxygène, poétique et chaleureuse. Une vraie ballade amoureuse, qui invite à l’intimité. Enfin, « Des bras » conclut avec puissance et brio cet album-voyage : le titre a été utilisé comme grand final du concert de Halo Maud, en première partie d’Ulrika Spacek le 20 novembre 2017. Et pour cause ! Il est effectivement une magnifique conclusion à l’album. Sa mélodie inquiétante nous questionne et nous inspire en même temps. Tandis que la batterie, monomaniaque, avance bille-en-tête, là où tout un univers se meut et évolue avec force et dynamisme. Certainement le plus bel exemple de ce que peut être l’essence de Halo Maud.

 

© Melody Prochet

 

On ne saurait que vous recommander d’écouter Je suis une île, un album très bien ficelé dans son instrumentation, sa cohérence dans les enchaînements des titres et les textes porteurs et inspirant de Maud Nadal. Le travail effectué dans la création de son debut album se ressent dans chaque détail et chaque titre de l’opus. Aucun doute que le label Heavenly Recordings a fait le pari gagnant en signant l’artiste. Halo Maud est définitivement un projet à suivre, inspiré par les créations d’une artiste prometteuse, qu’on surveillera avec attention chez Lost Song.

 

 

 

Pour retrouver l’univers de Halo Maud, direction le site officiel, Facebook, Bandcamp et YouTube. L’artiste sera en concert le 20 juillet prochain à l’Hippodrome de la Plage de Hyères. L’album Je suis une île est en écoute sur toutes les plateformes.

 

Article rédigé par Jonathan Kakpeyen

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *