Rencontre avec Charlotte Savary

Compositrice, auteure, interprète… Charlotte Savary possède de nombreuses casquettes. Nous l’avons rencontrée, il y a quelques semaines, lors de son passage à Toulouse pour la tournée de Wax Tailor avec qui elle officie en parallèle de son projet solo. Petite présentation…

 

 

© Nakissa Ashtiani

 

– D’abord, est-ce que tu peux te présenter ?

– Je m’appelle Charlotte Savary, je suis chanteuse et auteure-compositrice et j’ai sorti mon premier album solo le 7 octobre 2016. Alors, ce n’est pas mon premier album parce que j’ai déjà eu d’autres projets, mais c’est le premier album écrit, composé et chanté par moi.

 

– Quelles sont tes inspirations ?

– Mes inspirations sont multiples je pense. Il y a d’abord des expériences, c’est-à-dire des expériences humaines, des voyages, des rencontres, ma vie personnelle mais ça peut être aussi toutes sortes de choses dont je me nourris au jour le jour comme des lectures ou des films, des paysages… voilà, c’est beaucoup de choses !

 

– Comment composes-tu un morceau ? Est-ce qu’il y a un schéma qui revient ou ça change à chaque fois ?

– En fait… en général je pars sur une mélodie, sans la voix mais avec guitare ou piano. Ensuite je l’arrange un tout petit peu mais vraiment pas beaucoup et, rapidement, je cherche une mélodie pour la voix et un texte, une humeur, une ambiance. Ensuite je vais construire la structure du morceau, je pose la mélodie dessus et après je vais développer les arrangements. Pour l’album, j’ai travaillé avec Manuel Amstrong avec qui j’ai déjà travaillé sur Felipecha. Il m’a vraiment aidée à développer le son de cet album. Donc il a fait les arrangements, il a joué beaucoup d’instruments et a fait intervenir les musiciens. Une réelle aide dans toute la phase de production…

 

– Tu chantes en Anglais désormais alors que dans Felipecha, par exemple, tu chantais en Français, pourquoi ce changement ?

– Eh bien en fait sur Felipecha c’est la rencontre avec Philippe qui m’a fait chanter en Français tandis que moi ce n’est pas mon truc au départ, ce n’est pas ce que je préfère, c’est pas tout-à-fait mon style musical. J’aime beaucoup tout ce qui est pop, rock, folk, indie, jazz, blues… toutes les musiques anglo-saxonnes… et il y a quelques trucs qui me plaisent, ponctuellement, dans la chanson française, dans le rock français… et du coup c’est cette rencontre avec Philippe qui m’a amenée vers le Français alors que j’ai vraiment une culture anglo-saxonne donc quand j’ai commencé à composer des titres toute seule c’est revenu tout seul parce que c’est dans ces univers-là que je vais, naturellement, au niveau musical.

 

– En ce moment tu es en tournée avec Wax Tailor et en même temps ton album est sorti il y a quelques semaines, comment ça se passe ? Comment t’organises-tu pour mener les deux projets de front ?

– Eh bien la tournée avec Wax Tailor est très intensive et du coup je vais essayer d’égrainer des petites choses par-ci par-là de mon côté dès que j’aurai le temps, entre deux dates…

 

– Quels sont tes projets pour les prochains mois ?

– Eh ben ça va être ça : continuer la tournée avec Wax Tailor et développer mon projet à côté.

 

 

 

#BONUS : Premier/Dernier :

 

– Le premier concert auquel tu as assisté ?

– Si je me souviens bien, c’était K’s Choice à l’Elysée-Montmartre, c’était il y a longtemps ! (rires)

 

– Le dernier concert auquel tu as assisté ?

– Haha eh bien c’était Wax Tailor puisqu’entre deux morceaux je sors de scène et je regarde… non mais plus sérieusement, c’est une bonne question. Ah c’était Groov’ Bones ! C’est un groupe avec deux ou trois trombonistes, de super musiciens, hyper groovy et tout. C’était au Baiser Salé. C’est une petite salle sur la rue des Lombards à Paris, c’est là où il y a tous les jazz clubs…

 

– Le premier concert où tu as joué ?

– C’était… alors ça dépend : le premier concert où j’ai chanté c’était avec mon frère, on avait un groupe de reprises, on avait joué dans un petit bar à Montmartre. Mais le premier concert où j’ai chanté en tant que chanteuse qui sort des albums et tout c’était avec Clover, mon premier projet, c’était en 2003 et c’était au Baiser Salé.

 

– Le dernier concert où tu as joué ?

– C’était hier soir ! À Marseille du coup.

 

– Le premier disque/la première cassette que tu as acheté ?

– Héhé ! Alors c’étaient des cassettes, mes trois premières cassettes. C’était mon anniversaire et mes parents m’ont offert trois cassettes d’un coup… bon j’avais demandé hein ! J’ai eu Dangerous de Mickael Jackson, un best of de Madonna et… (rires) attention attention : un best of de Francis Cabrel. Par contre j’avais demandé aussi Claude François et mon père avait dit : « non, ça je ne peux pas » et a posteriori je lui dis : « merci papa » ! (rires)

 

– Le dernier disque que tu as acheté ?

– Eh bien c’est le dernier Agnès Obel, en vinyle et qui est magnifique.

 

– Un mot pour conclure ?

– Eh bien bonne question… alors je vais essayer de dire un truc constructif : il faut aller sur mes comptes sur les réseaux sociaux pour voir mes prochaines dates !

 

Retrouvez Seasons, le premier album solo de Charlotte Savary, ici ou  !

 

Interview réalisée par Suzon Bodin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *